Articles de presse Akil & Iana
T.A.
Stage mensuel de tango argentin a Paris planning des activites Cours theatre atelier peinture atelier video Milonga la ruche
Menu

Presse

Akil et Iana : un couple de tango qui respire le bonheur
- par Pierre-Jacques RAYBAUD -

Quelquefois les soirées parisiennes de tango sont émaillées de démos pour le plus grand plaisir des participants. On ne peut que se réjouir de l’initiative des organisateurs de laisser carte blanche à des artistes. Petit clin d’œil à ceux-ci : « Surtout n’arrêtez pas ! » Au milieu de ces milongas qui tenaillent notre passion, on peut voir de tout, et finalement assez souvent des prestations passionnantes avec pour chacune une singularité. Voilà celle, très conviviale et sans prétention, d’ « Abrazo tango » à Tolbiac. J’avais mis sur FB l’interview récemment d’ Aoniken Quiroga qui précisait que, pour lui, le tango était sa vie. Et bien voilà un bel exemple avec Akil et Iana.

Qui ne les a pas croisés en milonga ? Toujours discrets, regardez les, passez à côté d’eux et vous entendrez le murmure de leur bonheur de danser ! Petit retour en arrière, ils ont réalisé un clip vidéo, visible sur You tube, « Danse la ville », où même les pigeons, ébahis, d’une place située porte Saint Denis, ne s’envolaient pas à leur passage sur le trottoir, en pleine valse sur « Ilucion de mi vida » de Feliciano Brunelli. Bon si le sieur Akil avait voulu donner une leçon de respect de circulation dans une milonga, il ne pouvait pas faire mieux. Car traverser, même au rouge piéton, relève de la vigilance la plus affinée. Alors messieurs, si vous bousculez les autres en milonga, allez donc danser avec Akil en traversant la rue ! LOL. Trêve de plaisanterie, on sent dans cette vidéo une vraie volonté de démystifier le tango, avec cette alchimie, si propre à ce couple, mêlant connexion, simplicité et authenticité.

Le ton fut donné en choisissant , en premier lieu,« Invierno » orchestré par Francisco Canaro et composé par l’auteur de « Noches de Atenas » Horacio Pettorossi. Comme si Akil voulut nous rappeler avec le texte d’Enrique Cadicamo que « le retour de l’hiver, nous fait toujours comprendre que, rester seul, est une horreur ! ». Avec une Iana splendide superbement connectée à Akil. Ce dernier évolua tel un félin, un chat abyssin de l’Egypte ancienne avec tout le cortège symbolique de la déesse Bastet à tête de chat, de protection et de bienveillance. Car en effet, Akil a la particularité d’utiliser le sol et de restituer des pas glissés avec amplitude et grâce. Avec lui la gravité n’existe plus. On sent la longue expérience de tango, plus 15ans. L’impérial Akil a bossé, il est vrai avec Chicho, Veron , Arce… pour ne citer que ceux-là. Puis sur la belle valse lente de « Tu y yo » du même Canaro, c’est une vraie déclaration d’amour à laquelle on assistait en direct. Magnifique ! Pas besoin d’écrire, juste les mots d’Ivo Pelay : « No hay amor, para mi, sin tu amor », pas d’amour pour moi sans le tien puis « yo soy la barca…tu el capitan », je suis le bateau, tu en es le capitaine ou encore « Tu es le baiser, je suis la caresse ». La danse de Iana et d’Akil fut dans la droite ligne poétique de ce texte. On a vu une Iana, détendue, souriante tout à l’écoute du guidage subtil et fin d’Akil. Enfin difficile d’échapper à « Milonga de mis amores » de Pedro Laurenz dans la version de F. canaro encore. Là on a vu un couple joyeux, on a eu l’impression qu’ils étaient seuls au monde, dans leur tango, le concept de connexion prit tout son sens, avec de la joie à revendre. Trop fort ! Akil, Akil Tango Argentin nous a gratifiés de quelques exploits techniques, histoire de nous surprendre. Par exemple, cette figure où il se déplace latéralement avec un seul pied, l’autre effectuant quelques rotations en l’air si cher à Thierry Le Cocq mais Akil l’effectuant en sens inverse du pied libre vers le pied en appui au sol. Ce type de figure vient toujours émailler la danse comme une cerise sur le gâteau et déclenche l’étonnement. Au final, quand vous entendrez la valse langoureuse « TU Y YO », vous n’oublierez pas la connexion amoureuse de ce couple formidable et surtout, que parfois, le tango, ce peut –être aussi le mariage de l’amour et de la douceur, du baiser et de la caresse.